Rencontres cinématographiques du pays Marennes Oléron

Cinéconférence

Burkina Faso, bientôt la démocratie ?

rene 

René Otayek

carteLe Burkina Faso est à la veille d'une échéance politique essentielle. Les citoyens sont appelés aux urnes le 11 octobre 2015 pour élire le chef de l'Etat et les membres de l'assemblée nationale. Ces élections mettront un terme à la « Transition démocratique », régime transitoire mis en place après la chute de Blaise Compaoré chassé du pouvoir par une insurrection populaire les 30 et 31 octobre 2014 . Cette « transition » constitue une période délicate où se manifestent de fortes tensions qui traduisent les antagonismes entre les forces hostiles au processus actuels et celles qui, ayant provoqué la chute de l'ancien président, sont impatientes de voir le nouveau régime s'installer. René Otayek, politologue, Directeur de Recherche au CNRS, qui connaît bien, et depuis de nombreuses années le Burkina Faso tentera d'éclairer pour nous ce paysage « politique » burkinabé.

Il sera bien entendu amené à analyser le poids des forces politiques en présence et à évaluer leur capacité à agir en faveur ou contre les perspectives démocratiques ouvertes par le processus en cours. Il cherchera à apprécier la place et le rôle éventuel des militaires, plus précisément du régiment de la Garde Présidentielle. Il évaluera la force et les capacités d'insurrection d'une société civile, qui, entraînée par la jeunesse et suscitée par de nouveaux modes de mobilisation (le balai citoyen), est venu à bout du régime de Blaise Compaoré. Est-elle en mesure de jouer encore un rôle décisif et de peser sur les évènements ?

La démocratie est-elle au bout du processus de transition actuel ?

Les forces favorables à une réelle démocratie sont-elles en mesure d'imposer leur vue aux militaires et aux tenants de l'ancien régime ?

René Otayek nous aidera à y voir un peu plus clair dans un paysage politique difficile à décrypter.

michel-kafando insurrection-populaire

Le président de la "Transition" Michel Kafando et le premier ministre, le colonel Isaac Zida / Insurrection populaire contre la révision de la Constitution le 30 octobre 2014 à Ouagadougou